Performance sociale et impact

Chez CERISE, nous promouvons la performance sociale en tant qu’approche nécessaire pour mettre en place des organisations solides et prioritaire par rapport à l’évaluation d’impact. Voilà quelques éléments pour différencier ces deux approches.

L’impact est externe et porte sur les bénéficiaires d’une intervention

Lorsque vous mesurez l’impact, le focus porte sur les bénéficiaires et l’attribution. Comment la vie des bénéficiaires a-t-elle changé et dans quelle mesure pouvons-nous attribuer ces changements à notre intervention ? Par exemple, si le revenu d’une famille rurale a augmenté après avoir obtenu un microcrédit auprès d’une coopérative, cette augmentation peut-elle être attribuée à l’intervention de la coopérative, ou à d’autres éléments, comme un redressement de l’économie locale ?

En raison de ce besoin d’attribution, l’impact est difficile à mesurer. Cela nécessite un scénario contrefactuel (un «groupe de contrôle» qui n’a pas subi l’intervention), beaucoup de rigueur méthodologique et généralement beaucoup de temps et d’argent. C’est particulièrement compliqué avec les interventions de marché, puisqu’il est impossible de demander à un concurrent de ne pas vendre son produit à notre groupe de contrôle…

S’assurer que les premiers maillons de la chaine d’impact existent et sont bien noués entre eux

Lorsque nous mesurons la performance sociale, nous assumons cette difficulté de l’impact (externe à l’organisation) et nous nous concentrons sur l’évaluation des processus (interne). La mesure de la performance sociale consiste à évaluer dans quelle mesure une organisation a prévu d’atteindre son objectif social à long terme en le traduisant dans ses systèmes de management. L’hypothèse est qu’une gestion solide et un engagement envers la mission sociale auront in fine un impact positif plus fort sur les bénéficiaires finaux.

Renforcer progressivement les processus interne plutôt que chercher à prouver…

La gestion de la performance sociale (GPS) est une activité concrète réalisée sous la responsabilité directe de l’organisation. C’est une grande différence avec la mesure d’impact, qui est généralement effectuée par des spécialistes externes à l’organisation. Moins académique et plus opérationnelle, la mesure de la performance sociale vise à s’assurer que tout est progressivement mis en œuvre en interne pour maximiser l’impact positif.

Collecter des données en vue d’une évaluation d’impact à venir

Une politique de GPS demande de développer une culture de collecte de données qui vont informer la prise de décision stratégique. Ces données formeront une base très importante à la réalisation d’une évaluation externe, qui pourra venir dans un second temps pour parachever la stratégie de GPS.

Pour en savoir plus sur MetODD-SDG, l’outil d’évaluation « d’impact » (auprès des bénéficiaires donc cette fois !), vous pouvez suivre ce lien !