La microfinance est elle (encore) innovante ?

12ème Forum Mondial Convergence – jeudi 5 septembre 2019

Une session interactive de regards croisés qui a poséquelques idées simples sur l’innovation récente en microfinance et la richessedes hybridations !

Cécile Lapenu, Directrice de CERISE intervenait dans cette session animée par Claudia Belli, Responsable Entreprises sociales et Microfinance de BNP Paribas (@BNPParibas), aux côtés de Azalea Carish, Responsable Inclusion financière de Baobab (@Baobab_Group), Davide Forcella, Responsable du développement chez YAPU (@YAPU_Solutions), Frédéric Lavenir, président de l’Adie (@Adieorg), Gaël Marteau Directeur France d’Oikocrédit (@OikocreditFR), et Antoine Sire, Directeur de l’Engagement d’entreprise chez BNP Paribas.

Antoine Sire est revenu sur le pourquoi et le comment de 30 ans d’engagement de BNP Paribas en microfinance. Selon lui, loin de se détourner du cœur de métier de BNP Paribas, la microfinance permet au contraire un retour aux fondamentaux ! C’est notamment pour cette raison que BNP Paribas est engagé dans un partenariat avec CERISE qui permet chaque année à une équipe de cadres motivés de partir réaliser une mission au sein d’une IMF (en savoir plus sur l’initiative « Leaders for Tomorrow« )

Frédéric Lavenir a quant à lui évoqué l’enjeu et la mise en œuvre du contrat à impact social par l’Adie – une solution de financement innovante qui met le triptyque pouvoirs publics / acteurs financiers / association au service de l’impact !

Gaël Martaux est revenu sur l’histoire des pionniers dans l’investissement en microfinance et l’évolution des modalités et volumes de financement pour le secteur.

Davide Forcella a expliqué comment performances sociales et environnementales peuvent se conjuguer avec performance financière, notamment grâce aux solutions digitales que YAPU fournit aux institutions financières ciblant les petits exploitants agricoles.

Azalea Carisch a présenté les solutions digitales mises en œuvre par Baobab pour l’inclusion financière et comment celles-ci pouvaient contribuer au continuum menant au crédit. Le système de pay-as-you-go permet aux clients d’utiliser des kits solaires pour lesquels ils effectuent des paiements mobiles au fur et à mesure de leur usage, en fonction de leur capacité de remboursement, avant de devenir in fine propriétaires. L’historique du paiement par ce biais peut ensuite donner accès à des nano crédits (de 2 à 200€), puis du crédit, ou bien permet de développer l’habitude d’épargner.

Cécile Lapenu, Directrice de CERISE, a décrit comment la microfinance s’est dotée d’outils et d’approches pour une gestion centrée sur les clients : les Normes Universelles pour une finance responsable et inclusive, ont été construites par les praticiens au sein de la SPTF, et sont maintenant auditées et mises en œuvre par plus de 600 PSF avec les outils de CERISE (SPI4), de la Smart Campaign (protection des clients),et les ressources de la SPTF. Le travail de CERISE couvre également le secteur de l’entrepreneuriat social (SBS), la mesure des résultats en lien avec les ODD (MetODD-SDG)et l’accompagnement des investisseurs dans leur thèse d’impact (IDIA). L’innovation passe aujourd’hui par la numérisation des outils (SPI4 pour commencer). 

De nouvelles pistes pour accompagner un secteur mûr mais qui continue à pousser ses frontières !

Intéressant aussi de noter les enjeux et bénéfices de la fertilisation croisée :

  • Nord-Sud, comme l’Adie, inspirée par la Grameen Bank du Bangladesh ;
  • Banque et Microfinance où la microfinance « rends a noblesse à la Finance et pousse à réintégrer des critères de risques extra financier », d’après Antoine Sire au sein de BNP Paribas, et bien sûr,
  • Microfinance et Impact Investing, ce dernier secteur pouvant s’inspirer et s’approprier des approches pragmatiques et reconnues pour mettre en pratique ses objectifs d’impact.

Et aussi, lors du Forum Mondial Convergences, le Baromètre de la Microfinance 2019 a été lancé ! CERISE y a contribué.